Deux petits gestes green pour le change de bébé


Avec un bébé à la maison, entre les couches jetables, les carrés de coton, les machines qui tournent tous les jours et j’en passe, on peut vite avoir l’impression d’être en contradiction avec ses convictions green. Si côté change je n’ai pas considéré l’option couches jetables, j’ai quand même adopté quelques gestes simples, un peu plus verts et tant qu'à faire, bons pour bébé.

La sage femme qui m’a suivie pendant ma grossesse était plutôt une adepte du minimalisme niveau soin. A ses yeux, rien de tel que l’eau pour laver les fesses de bébé. Et en effet, même si à la maternité j’ai suivi les gestes qu’on m’a montré et acheté du liniment comme préconisé (j'utilise le Babyléna, format 1 L, certifié Ecocert), j’ai petit à petit adapté ma routine dans son sens, avec succès.

Avant de vous expliquer comment, je pense quand même que tout commence avec de bonnes couches, des couches saines, qui gardent bien au sec et protègent tant que possible des fuites et des rougeurs. Chez nous, celles qui font le job sont celles de la marque Bio Babby. Trouvées par hasard car elles étaient proposées dans mon magasin bio, j’ai continué de les acheter pour leur efficacité (elles absorbent bien, au point que parfois je doute même qu’il y ait du pipi) et aussi pour leur prix. Car si elles sont plus chères que des couches classiques, elles sont dans la même gamme de prix que les couches éco conçues de certaines marques dont en entend davantage parler, et au même prix que les couches "éco" de supermarché. En bref, je n’ai jamais eu envie de changer une équipe qui gagne, tout simplement.

Ensuite, parce que même les meilleures couches ne font bien sûr pas tout, c’est un conseil précieux de la puéricultrice de l’émission Les Maternelles, entendu ici, qui m’a permis d’éviter la case Mitosyl et de ne jamais utiliser jusqu'à aujourd'hui autre chose que de l’eau ou du liniment.

En cas de fesses rouges elle préconise ainsi de d’abord arrêter d’utiliser TOUT produit et de laver les fesses uniquement à l’eau et SURTOUT, de bien sécher avant de refermer la couche. Un conseil tout simple certes, mais qui fait vraiment la différence. Sans compter que, d’une couche à l’autre, les fesses peuvent être plus ou moins rouges. De sorte qu’avant de se ruer sur un produit pour traiter la situation, cette astuce suffit bien souvent à calmer les rougeurs entre deux changes.

Résultat : moins d'achats et moins de produits, pour la santé de bébé et de la planète.

En parlant d'achats, j’ai récemment fait un petit pas de plus pour la planète en troquant les carrés de coton jetables que j’utilisais pour des carrés lavables.

Rendons ici à César ce qui est à César, c’est en regardant une vidéo de la chaîne d’Alyssia sur YouTube (je l’ai découverte pendant ma grossesse et j’ai trouvé ses récits sur l’accouchement et l’allaitement en particulier très utiles) que j’ai décidé de faire de même. C’est donc après avoir visionné sa vidéo, ici, que je lui ai emprunté ce geste, pour le pipi.

Si vous avez des talents de couturière je pense qu’il n’y a rien de plus facile à coudre soi-même, quitte à recycler des chutes de tissu et une vieille serviette éponge. Mais en attendant d’avoir ce talent j’ai trouvé mes lingettes sur Etsy. A défaut de les fabriquer maison, j'aime bien l'idée de me tourner vers un petit circuit comme celui-ci. Le côté éponge est en coton bio, et le côté tissu, en plus d’être joli, permet de bien sécher, comme expliqué justement dans le premier geste que j’ai cité. Je suis aussi satisfaite de leur tenue pour l’instant, malgré de nombreux passages en machine déjà. Et comme je ne les utilise jamais pour des changes qui “tachent” je n’ai pas à faire de lavage préalable, les cotons passent tout simplement avec le reste des affaires, et donc pas de consommation d’eau supplémentaire.

Commentaires

Articles les plus consultés