Les bienfaits du cumin au quotidien


En matière d'alimentation, j’aime penser que nos envies en disent long sur nos besoins côté santé, quand il ne s’agit pas de combler un besoin émotionnel évidemment. La grossesse en particulier est une période bien connue pour ses envies irrépressibles et pas toujours compréhensibles. C’est ainsi que pendant la mienne j’ai mis du cumin vraiment partout. Une envie que j’ai tenté de comprendre avec des bénéfices santé en attendant bébé, mais pas seulement.

Les vertus du cumin citées en premier ont d’abord trait à la digestion. Un intérêt que je connaissais, puisque j’avais déjà emprunté à ma grand-mère le geste de mettre quelques graines de cumin quasi systématiquement dans les choux-fleurs ou brocolis vapeur. L’un des bienfaits du cumin est en effet de calmer les maux liés à la digestion, tant au niveau de l’estomac que du tube digestif en réduisant les spasmes intestinaux et la formation de gaz. La grossesse étant une période qui peut mettre le système digestif à rude épreuve, cela fait du cumin un bon allié dans l’assiette.

Pendant ma grossesse j’ai ainsi utilisé alternativement le cumin en graines (celui qu’on retrouve dans le gouda, pour les gourmands) ou en poudre (utilisé dans de nombreux mélanges d’épices dont le curry). En graines, sa saveur plus prononcée est idéale pour assaisonner et rendre plus digeste certains aliments comme le chou. On peut tout simplement saupoudrer une pincée dans l'assiette au moment de servir certains légumes, des lentilles ou même des pâtes. Mais on peut aussi en mettre dans son appareil à quiche (surtout si elle est au fromage) ou dans son pain maison.

En revanche, pour assaisonner les plats directement pendant la préparation, je préfère la version en poudre. Pour les plats en sauce façon curry je fais désormais mon propre mélange en fonction de mes goûts, avec une dominante de cumin assortie d’un peu de coriandre, de gingembre ou encore de noix de muscade. Le cumin se déguste aussi très bien dans les plats froids, dans une vinaigrette par exemple, pour une salade composée ou même une simple salade verte. Si on en revient à la grossesse, vinaigre - cumin est une association que j’aimais bien, déjà parce que j’avais des envies d’aliments acides (type cornichons), le vinaigre apaise les nausées, et, allié au cumin pour mieux digérer, c’était le duo parfait.

Ce que je savais moins, c’est que le cumin a aussi des propriétés pour stimuler la lactation ! Une raison de plus pour l’adopter dans l’assiette pendant la grossesse, si on songe à allaiter. Autre suggestion pour le consommer, dans le livre La bible des tisanes et tonifiants de Fern Green, que je cite dans mes alternatives aux tisanes allaitement, le cumin fait partie des ingrédients qu’on peut faire infuser, en graines cette fois. Je n’ai pas encore essayé, mais je suis tentée de le faire ne serait-ce que par curiosité gustative.

En parlant de curiosité, on peut aussi trouver dans nos placards une autre graine, parfois appelée cumin de Hollande, le carvi. Il s’agit pourtant bien de deux plantes différentes, même si elles ont en commun leurs bienfaits digestifs ainsi qu’un effet stimulant sur la lactation. Pour les différencier, au niveau du palais, le carvi est davantage anisé, comme une autre plante également consommée en graines, le fenouil, qu’on retrouve lui aussi dans les ingrédients des tisanes allaitement. Cumin, carvi, fenouil sont en fait ce qu’on appelle des aliments galactogènes, qui favorisent la lactation.

Enfin, au quotidien, le cumin, comme de nombreuses plantes et épices a le bon goût de relever ce que l'on mange, ce qui permet d'ajouter moins de sel et de gras. Un petit plus de taille pour mieux manger sans pour autant s'ennuyer.

Commentaires

Articles les plus consultés