Comment apaiser son cuir chevelu au naturel, avec l'aloe vera


Pour la petite histoire, j’ai découvert les bienfaits de l’aloe vera lors d'une mésaventure pendant un séjour américain. Je m’en souviens encore, après m'être ébouillanté la main avec de la vapeur (merci la casserole de pâtes), ma tante est venue à ma rescousse avec, à mon grand désarroi d’abord (je m’attendais à une crème ou à un médicament), ce qui ressemblait à une queue de lézard géant, me conseillant d'appliquer la pulpe de cette drôle de bête plante sur ma brûlure.

Pour le moins sceptique, peu coutumière alors des remèdes naturels, a fortiori dans leur “packaging” d’origine, j'avais tellement mal que j’ai quand même testé sa solution. Il faut dire que je me méfiais encore plus de ce que je pourrais trouver en vente libre dans les rayons d'une "pharmacie" américaine ; des mini supermarchés où on vend cigarettes, barres chocolatées et magazines féminins, un cocktail sain, qui rassure d'emblée.

Bref, j'ai préféré faire confiance au remède naturel de ma tante qui m'a apporté, vous vous en doutez si vous connaissez déjà les bienfaits de l'aloe vera, un soulagement immédiat ; en effet, à l’application, le gel d'aloe vera rafraîchit, de quoi faire pâlir d’envie les crèmes chimiques qui revendiquent le même résultat. J'ai ensuite continué l’application quelques jours, ma brûlure s'est calmée et résorbée, sans laisser de cicatrice.

- Il va de soi que ma brûlure était bénigne. Je ne suis pas médecin, et l'objet de ce billet n'est évidemment pas de vous conseiller systématiquement l'aloe vera en cas de brûlure, surtout sans en connaître la gravité -

Cela dit, pour les bobos du quotidien, brûlure superficielle, coups de soleil, démangeaisons, irritations, peau lésée (lorsqu’on s’est abimé un bouton ou une piqûre de moustique par exemple ; c’est mieux de ne pas y toucher mais si jamais...), le gel d’aloe vera est un bon allié, à appliquer sans hésiter. A savoir que je l'utilise maintenant en flacon, on peut le trouver pur, bio et équitable ; même si j'aimerais bien avoir mon aloès dans le jardin, pour la conservation, ça reste plus pratique.

Pour cet article cependant, en témoigne ma photo, ma mère a eu l’adorable idée, lorsque je lui ai rendu visite, de m'acheter une feuille d'aloe vera ; on peut en trouver en magasin bio, sur internet, ou encore en supermarché (j'en ai aperçu au rayon bio cette semaine). Sympa si on en a l’usage immédiat, la feuille se conserve plusieurs jours au frigo, ou si on veut faire son jus d'aloe vera emaison ; par contre je ne vous parlerai pas ici de cet usage interne que je n’ai pas testé.

C'est en fait pour soulager mon cuir chevelu que j'ai renoué avec les bienfaits de l'aloe vera.

En cherchant un remède naturel, je me suis souvenue de son effet apaisant. Une rapide recherche et j'ai pu vérifier que l'aloe vera est bien indiqué pour les soins capillaires, en particulier en cas de démangeaisons. Des démangeaisons du cuir chevelu dont je souffre depuis quelques années hélas, malgré le passage à une routine naturelle ; c’est le premier geste que j’ai adopté pour tenter d’apaiser tout ça.

En parallèle, un rendez-vous chez le dermatologue et un bilan sanguin ont écarté le lien avec une quelconque pathologie. Je me suis dès lors rangée à l’idée que ce symptôme est sûrement lié au stress et / ou à une réaction à un ingrédient que je traque, en vain pour l’instant ; j’ai pensé au méthylisothiazolinone, un conservateur très irritant que j’évoque dans mon article sur les savons, mais pas d’amélioration chez moi, malgré son éviction de ma salle de bain.

C’est seulement avec la grossesse que j’ai constaté un apaisement, voire une disparition des démangeaisons ; mes cheveux, c’est connu, ne se sont d’ailleurs jamais mieux portés.

J’ai profité de cette parenthèse avec joie mais les démangeaisons ont repris quelques mois après l’accouchement. Outre le changement hormonal, j'y vois aussi l'expression du stress ou plutôt la répercussion physique d'un monologue intérieur ennemi de notre bien-être, les ruminations, Christophe André en parle mieux que moi, ici. En considérant que j'ai vécu la grossesse comme un répit vis à vis de ça, je me suis sentie davantage apaisée, ancrée, les démangeaisons se sont logiquement calmées, pour ne revenir qu'après.

Si je peux travailler à désamorcer ce dialogue intérieur, avec l’allaitement, je n’ai pas une grande marge de manœuvre pour remédier à sa conséquence extérieure. Mon médecin traitant me l’a confirmé, la plupart des produits spécifiques pour apaiser le cuir chevelu sont incompatibles avec l'allaitement ; des produits qui, en plus, traitent les symptômes et non la cause. Dès lors, je préfère miser sur l’aloe vera et me passer, tant qu’à faire, de chimie.

L’autre avantage, c’est qu’en plus d’être un ingrédient naturel, l’aloe vera ne graisse pas les cheveux, à l'inverse des huiles que j'ai également utilisé pour calmer les démangeaisons mais qui exigent un rituel plus long, moins pratique au quotidien avec un bébé.

L'aloe vera, je l'applique ainsi volontiers entre deux shampooings, ou même juste après le shampooing, si besoin. Je dépose simplement une noix de gel dans la paume de la main que j’applique directement, du bout des doigts, sur le cuir chevelu. On risque tout au plus d’obtenir un effet un peu cartonné au toucher (au dos du flacon il est indiqué que l'aloe vera peut servir de gel coiffant - c’est confirmé), mais je vous rassure, ça s’en va d’un coup de brosse.

Si on ajoute à cela le côté multi usages de l'aloe vera dont j’ai parlé plus haut, c’est, à mon sens, un essentiel pour prendre soin de soi, de façon plus verte. Si vous avez d'autres recettes, je reste bien sûr preneuse. Et sinon, je suis curieuse, chez vous aussi la grossesse a apaisé ou fait ressortir certaines choses ?

Commentaires

  1. Il ne reste plus qu’à planter votre aloe vera dans votre jardin dont la terre est idéale pour lui! J’en ai un miniature sur ma table basse du salon et j’avoue que simplement de le regarder m’apaise ! Alors, cet aloe vera aurait-il aussi des vertus spirituelles ? Ma foi, je ne suis pas loin d’y croire : des petits piquants inoffensifs pour une plante qui a du piquant... en tout cas ton article en parle à merveille, merci 🙏

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés